L’environnement économique de la forêt française

    La forêt française telle que nous la connaissons est le résultat d’une gestion rigoureuse depuis de nombreuses générations.

    La surface de la forêt française s’est accrue fortement depuis la deuxième moitié du XIXe siècle pour atteindre actuellement 16,1 millions d’hectares (pour 9,5 millions d’hectares en 1830).

    La forêt privée est majoritaire avec 12 millions d’hectares (75%) puis les forêts domaniales avec 1,6 million d’hectares (10%) le reste étant les autres forêts publiques (surtout communales).

    LES RESSOURCES DISPONIBLES

    La forte augmentation des boisements après la guerre donnera son maximum de production en 2030. Par la suite, les ressources vont diminuer, notamment le résineux, essence la plus recherchée de nos jours.

    LES PLANTATIONS EN FRANCE

    Hors pin maritime, il a été planté en France en 2015/2016 seulement 28 millions de plants. À titre de comparaison, l’Allemagne plante 300 millions de plants avec presque 35% de forêt en moins par rapport à la France (10,6 millions d’hectares), la Suède plante 345 millions de plants et la Pologne 1 milliard de plants.

    Quelques chiffres :
    Nombres de plants plantés en France
    (hors pin maritime et pin taeda)

    - 1995-1996 : 72 millions
    - 1999-2000 : 68 millions
    - 2003-2004 : 40 millions
    - 2007-2008 : 35 millions
    - 2008-2009 : 30 millions
    - 2009-2010 : 25 millions
    - 2010-2011 : 21 millions
    - 2011-2012 : 23 millions
    - 2012-2013 : 22 millions
    - 2013-2014 : 23 millions
    - 2014-2015 : 24 millions
    - 2015-2016 : 28 millions
    - 2016-2017 : 26 millions
    - 2017-2018 : 24 millions
    - 2018-2019 : 27 millions

    4 QUALITÉS DU BOIS

    1. LE BOIS EST À LA MODE.
    2. LE BOIS EST RENOUVELABLE.
    3. LE BOIS STOCKE LE CARBONE.
    4. LE BOIS EST RECYCLABLE.

    LES AIDES AUX FORÊTS ET À LA PLANTATION

    DÉFI FORÊT

    Le dispositif d’encouragement fiscal à l’investissement en forêt devrait devenir l’outil principal d’intervention de l’Etat pour inciter les sylviculteurs à une gestion dynamique. Il permet de déduire de l’impôt sur le revenu une part de son
    investissement.

    • DÉFI-acquisition pour un achat de 4 ha au plus permettant d’agrandir une unité de gestion pour porter sa superficie à plus de 4 ha. Réduction d’impôt de 18% du montant de l’acquisition frais compris plafonnée à 5 700 € (11 400 € pour un couple).
    • DÉFI-travaux : tous travaux y compris le reboisement. Réduction d’impôt de 25% du montant des travaux plafonnée à 6250 € (12500 € pour un couple). Soit une réduction de l’impôt réellement payé de 1563 € ou 3125 € pour un couple. Et ceci chaque année fiscale.

    Le bénéficiaire s’engage à garder la propriété pendant 15 ans et à appliquer un plan simple de gestion ou un règlement type de gestion (pour le défi-travaux uniquement). En cas de dépassement de plafond, il y a possibilité de reporter l’excédent sur 4 années, et même 8 années pour les forêts sinistrées.

    LES RÉGIONS

    Chaque région peut proposer des aides pour la plantation à l’exemple du Conseil Régional de la Basse-Normandie qui a mis en place une aide de 1 million d’euros dont 50% provenant de la communauté européenne pour la plantation des taillis pauvres.

    LES PEUPLIERS

    Pour le peuplier il existe une charte : « Merci le peuplier ». C’est une réponse à la diminution des surfaces de peupliers visant à préserver l’avenir de la filière en apportant une aide financière à hauteur de 2,80 € par plant. Les objectifs sont de favoriser le reboisement, développer l’usage du bois certifié PEFC, pérenniser la ressource et renforcer l’esprit de filière.

    Le principe de la charte est d’aider financièrement le propriétaire de peupleraie à la replantation à hauteur de 2,80 € par plant en contrepartie de la replantation dans les deux ans et l’adhésion à la certification PEFC. La zone géographique d’application de la charte est la France avec des aides majorées dans certaines régions.

    PLANTONS POUR L’AVENIR est un fond de dotation à but non lucratif qui finance votre projet de reboisement :

    • avance remboursable à taux 0% sur 30 ans,
    • jusqu’à 75% du coût des travaux de la préparation aux entretiens 5 ans après la plantation,
    • 1 ha à 10 ha maximum par dossier,
    • accompagnement nécessaire par un Expert agréé ou un Gestionnaire Forestier Professionnel.

    Pour plus d’informations, consultez www.plantonspourlavenir.fr

    REFOREST’ACTION est spécialiste du financement privé du reboisement en France :

    • il finance de 50% à 150% du prix HT du plant dans la limite de 1,2€ HT par plant,
    • à partir de 2 ha,
    • sur parcelle affectée par un aléa naturel, en friche ou en impasse sylvicole.

    Mai à juin : envoi du dossier de candidature.
    Septembre : annonce des projets sélectionnés.
    Pour plus d’informations, consultez www.reforestaction.com.

    LES VENTES DE BOIS

    L’EXEMPLE DE LA BASSE NORMANDIE
    OBJET / VENTES DE COUPES PAR LES EXPERTS FORESTIERS INDEPENDANTS

    La crise sanitaire liée au COVID a fortement perturbé les ventes de printemps au niveau national comme au niveau local.

    Ainsi, à la demande des acheteurs, la vente de printemps organisée par l’Association Normande des Experts  Forestiers, désormais informatisée, s’est déroulée en deux étapes, avec une première vente pour les lots résineux net les peupliers, exclusivement à distance, le 26 mai 2020, et une vente pour les lots feuillus le 2 juillet à distance et à la Grange de Villeron à La Ferté en Ouche.

    Ces deux ventes réunies, malgré ont proposé un volume total de 43 800 m3 donc en baisse de près de 35% par rapport à la vente de 2019, dont un peu plus de 33% de feuillus (dont 3% de peupliers), le reste en résineux, réparti en 77 lots et présentés par 8 Experts forestiers indépendants oeuvrant en NORMANDIE et départements limitrophes.

    Volume de l'arbreChêne
    < 1,5 m3
    > 1,5 m3
    ChâtaignierPeuplier
    > 1 m3
    Douglas
    < 1 m3
    > 1 m3
    Épicéa de Sitka
    < 1m3
    Pin Laricio
    < 1m3
    Frêne
    > 1m3
    Printemps 200983€/88€80€26€/28€30€/35€22€16€-
    Printemps 201083€/92€120€43€/62€32€16€-
    Printemps 201186€/104€38€ à 56€30€40€/53€32€27€-
    Printemps 201284€/100€95€32€44€/50€35€30€-
    Printemps 201390€/123€85€30€44€/53€41€30€-
    Printemps 2014108€/145€90€32€/40€50€/61€50€42€-
    Printemps 2015181€/207€Peu représenté30€/38€58€/65€55€45€-
    Printemps 2016200€/220€100 €30€/32€70€/62€55€42€-
    Printemps 2017125€/161€Peu représenté38€
    Peu représenté
    44€/59€38€32€80€
    Printemps 2018151€/177€Peu représenté34€59€/64€61€36€68€
    Printemps 2019132€/165€Non significatifNon représenté47€/70€46€37€89€
    Printemps 2020144€/170€Non significatifNon représenté50€/71€25€27€73€

    Malgré un contexte très compliqué et un manque de visibilité pour les acheteurs, la quasi-totalité des lots ont été vendus. Les prix de vente élevés des années précédentes se sont maintenus notamment sur le douglas pour lequel la demande demeure forte mais aussi pour le chêne, malgré quelques craintes sur les exportations.

    Marc CAPPELAERE
    Expert Forestier